Peoplesphere: The People Managers Magazine

Le nombre d’outplacement a quintuplé depuis 2005

Le besoin en accompagnement via l'outplacement ne semble pas diminuer, la première partie de l'année étant marquée par un nombre significatif de projets de licenciements collectifs, relève Galilei en marge de la célébration de ses dix ans d'existence. Mais la législation actuelle accorde une attention toute particulière aux personnes de plus de 45 ans, constituant un frein pour les autres tranches d’âges.

Galilei a vu le jour en 2002. A cette époque, l’outplacement connaît une forte progression après l’éclatement de la bulle internet. On compte à l’époque près de 2.800 procédures d’accompagnement après licenciement. Quatre années plus tard, en 2006, Galilei intègre le groupe Randstad qui poursuit sa stratégie de diversification et se profile davantage comme un expert dans les multiples aspect de la gestion des ressources humaines. Aujourd’hui, Galilei est leader avec 25% de parts de marché.

Son approche de l’outplacement lui permet d’afficher, en 2011, un taux de replacement de +/- 65%, soit 10% de plus que le taux de replacement global du secteur. En 2011, la durée moyenne pour la réinsertion d’un travailleur licencié était de 153 jours. En moyenne, une personne sur trois, accompagnée par Galilei, retrouve du travail dans les 3 premiers mois de ses recherches.

Les personnes  entre 45 et 51 ans représentent une grande partie des travailleurs licenciés qui nécessitent un accompagnement. Selon les statistiques de Galilei, les 45+ retrouvent du travail aussi rapidement que les autres tranches d’âge. C’est à partir de 56 ans que la recherche d’un nouvel emploi devient plus difficile. En 2011, les ouvriers (blue collars) ont éprouvé plus de difficulté à trouver une nouvelle position que les salariés occupant des fonctions de management ou effectuant des tâches administratives (white collars). Toujours selon Galilei, il semble que le networking (33%), les annonces (27%) et les intermédiaires du marché de l’emploi (22%) sont les canaux qui affichent le meilleur taux de replacement.

Accalmie de courte durée

Après les années noires de 2009 et 2010, la tendance s’inverse en 2011. Le nombre d’annonces de restructuration est pratiquement divisé par deux par rapport à 2010. Le secteur enregistre néanmoins  quelque 14.000 procédures d’accompagnement, soit une diminution de 20%. Malgré cette baisse, le constat est sans appel: depuis 2005, le nombre d’outplacement a quintuplé. Plusieurs raisons expliquent cette tendance à la hausse. D’une part, la crise de 2008 a créé un impact énorme de qui s’est manifesté principalement dès 2009, d’autre part l’application de la CCT 82 bis a ouvert le reclassement professionnel a un public plus large.

Alors que les trois premiers trimestres de 2011 montraient des signes de reprise économique avec un effet direct sur les activités d’outplacement, la situation s’est inversée dès le mois d’octobre. D’après les derniers chiffres du SPF Emploi pour les mois de janvier à mars 2012, la tendance à l’augmentation du nombre de restructuration se confirme. 18 unités techniques d’exploitation ont annoncé leur intention de procéder à un licenciement collectif touchant quelque 3.131 travailleurs. 1.687 de ces personnes étaient occupées en Flandre, 1.233 en Wallonie et 211 à Bruxelles. Les secteurs principalement touchés sont la métallurgie, la pétrochimie et le textile. Compte-tenu de la conjoncture économique difficile, Galilei estime qu’il serait préférable que l’accompagnement de carrière et l’outplacement soient davantage intégrés au marché du travail et ce, sans limite d’âge. La problématique de reconversion des travailleurs ne touche en effet pas que les personnes de plus de 45 ans.

Tags: Licenciement, Outplacement, 45+, Tendance

| More

Talents en mouvement

Vous relevez un nouveau défi? Informez-nous: christophe@rhtribune.com

Droit

Offres d'emplois RH

C'est pour votre bien !

Agenda