FR | NL | LU
Peoplesphere

Le baromètre social de la Wallonie confirme l’installation d’un climat de méfiance généralisée.

Le Baromètre social de la Wallonie (BSW) est l’enquête phare de l’Institut qui est conduite depuis de nombreuses années auprès des wallonnes et des wallons. 1300 citoyens ont été invités à s’exprimer sur leur participation à la vie sociale, culturelle et politique du pays, mais également sur la confiance qu’ils accordent aux institutions ou encore à se prononcer sur la gouvernance en Wallonie. Plus qu’une défiance généralisée à l’égard du système, le message que les citoyens adressent aux politiques est à lire comme un appel à une prise de conscience pour une démocratie plus participative et égalitaire.

A la question: « Quel degré de confiance avez-vous dans les personnes ou institutions suivantes? », les citoyens en Wallonie font la distinction entre trois types d’institutions : les services publics et services d’ordre, les appareils politiques et administratifs, les médias et acteurs politiques.

Une méfiance plus grande à l’égard des institutions politiques et une confiance restaurée à l’égard des services d’ordre.

Le niveau de confiance est très différent selon les catégories: Il est élevé vis-à-vis des institutions de services publics comme la santé et l’éducation ou les services d’ordre, avec un niveau de confiance de 88% et de 86%, ce qui montre un fort attachement des citoyens à ces services.

En ce qui concerne la confiance vis-à-vis des services d’ordre, on assiste à une restauration de la confiance depuis 2003. A cette époque, la confiance à l’égard de la justice était de l’ordre de 34% contre 73% et celle vis-à-vis de la police était de 55% contre 86% en 2018. On peut penser que l’affaire Dutroux, dont le procès s’est déroulé en 2004 et qui a révélé un certain nombre de dysfonctionnements, n’est pas complètement étrangère à cette crise de confiance dans les services d’ordre.

La confiance vis-à-vis des appareils politiques et administratifs est moyenne, avec des variations selon le niveau de pouvoir (le niveau européen est le plus faible), mais tous obtiennent un niveau de confiance supérieur à 50 %.

On observe un niveau de confiance relativement stable pour la Région wallonne au cours des dernières années (70 % en 2007, 69 % en 2012 et 69 % en 2018) ;
On observe une augmentation de la confiance vis-à-vis des syndicats par rapport à la dernière vague (56 % en 2012 et 64 % en 2018) ;

En revanche, on observe une baisse graduelle de la confiance vis-à-vis de l’Union européenne depuis 2007 (66 % en 2007, 60 % en 2012 et 57 % en 2018). Cette baisse de confiance dans l’Union européenne est bien connue dans la plupart les pays de l’Union. Elle s’explique en partie par la crise économique de 2008 et la difficulté de l’Union européenne à y faire face de manière coordonnée.
En revanche, les citoyens pointent les acteurs politiques comme dernière catégorie et se disent méfiants voir très méfiants vis-à-vis de ceux-ci. Parmi cette catégorie, les partis politiques obtiennent le plus mauvais score (une personne sur trois seulement se dit confiante) suivi des hommes et des femmes politiques et, enfin, des médias. On observe, par ailleurs, une baisse du niveau de confiance vis-à-vis des partis politiques au cours des dernières années : 44 % des Wallons et des Wallonnes avaient confiance dans les partis politiques en 2012 contre 32 % en 2018.

Que nous disent ces résultats par rapport à la démocratie comme modèle de gouvernement ?

Le premier constat que nous pouvons faire concerne le soutien au modèle démocratique. Selon les résultats du BSW 2018, on observe que la démocratie est considérée, par une large majorité d’individus en Wallonie, comme la « moins mauvaise » forme de gouvernement : 89 % des répondants considèrent que « la démocratie peut poser problème mais c’est quand même mieux que n’importe quelle autre forme de gouvernement ». (en 2013, Ils étaient sensiblement le même nombre, avec 92%).

Des citoyens cependant très critiques à l’égard du fonctionnement de la démocratie

Les citoyens sont cependant très critiques sur le mode de fonctionnement actuel de la démocratie. En effet, en 2018, seuls 50% des personnes interrogées dans le BSW déclarent être « satisfait » de la démocratie, 30 % ne sont « ni satisfait ni insatisfait » et 20% se disent « insatisfaits » (« plutôt pas satisfait » à « pas satisfait du tout »).

La défiance que les citoyens portent à l’égard des acteurs politiques est sans doute à relier à d’autres dimensions en lien avec le fonctionnement de la démocratie. La corruption (définie comme l’utilisation abusive du pouvoir public à des fins privées), qu’elle soit réelle ou ressentie, peut constituer un élément d’explication pour comprendre la méfiance grandissante (voir partie sur la confiance) des citoyens à l’égard des acteurs politiques.

En 2018, en Wallonie, selon les données du BSW, plus d’une personne (59%) sur deux est « d’accord » avec l’idée que la corruption est utilisée par certains acteurs pour avoir accès à des privilèges ou des enrichissements illégitimes.

Méfiance à l’égard de politiques considérées comme inégalitaires

Une autre critique que l’on retrouve derrière la méfiance à l’égard des politiques est que l’on est en présence d’une politique qui est, pour un grand nombre de citoyens, inégalitaire.

En effet, en Wallonie, en 2018, plus de trois personnes sur cinq (69%) ne sont pas d’accord avec l’affirmation suivante : « La plupart des décisions politiques servent le bien-être de tous et de toutes ».

La critique qu’adressent les citoyens à l’égard du fonctionnement de la démocratie doit être également mise en relation avec cette politique actuelle qui est jugée inégalitaire par un grand nombre de citoyens en Wallonie : 85% des citoyens qui sont « plutôt insatisfaits » du fonctionnement de la démocratie estiment que la plupart des décisions politiques ne servent pas le bien-être de tous.

Une appartenance à la Belgique toujours très forte, malgré la méfiance à l’égard de certaines institutions publiques

Malgré une méfiance importante vis-à-vis de certaines institutions publiques, le sentiment d’appartenance reste fort. En effet, c’est d’abord au niveau du pays que le sentiment d’appartenance des citoyens est le plus présent en 2018 : 72% des personnes interrogées déclarent se sentir Belges (souvent et tout le temps). Le sentiment d’appartenance à la Wallonie est présent chez 52% des citoyens et 41% des personnes interrogées déclarent avoir un attachement pour leur commune.

Les analyses sur les identités à partir des précédentes enquêtes BSW ont montré que dans le contexte de la Wallonie, les identités sont complémentaires et qu’elles se renforcent : plus on est fier de son identité wallonne, plus on est fier de son appartenance belge. On constate, et c’est sans doute ce qui fait la spécificité de la Wallonie par rapport à d’autres régions, que le sentiment d’appartenance en Wallonie n’est pas exclusif.

Plus d’autonomie pour les régions : un scénario de plus en plus réaliste en Wallonie

Le sentiment d’appartenance important à la Belgique n’occulte pas les difficultés qui existent au sein du pays. Selon les résultats du BSW, en 2018, en Wallonie, l’autonomie des régions semble être un scénario de plus en plus réaliste pour 61% des citoyens interrogés.

Par autonomie des régions, les citoyens sous-entendent le fait d’accorder de plus en plus d’autonomie et de compétences aux régions. En 2013, comme le souligne le graphique ci-dessous, moins de la moitié des citoyens (46%) considéraient ce scénario comme réaliste.

Aujourd’hui, non seulement le scénario pour plus d’autonomie aux régions devient un scénario réaliste pour une majorité de citoyens, mais ils se disent, par ailleurs, en faveur de ce scénario si celui-ci devait se réaliser.

Si l’autonomie des régions, entendue par les citoyens dans le sens de « plus de compétences attribuées aux régions », est un scénario qui semble de plus en plus réaliste et qui serait accepté par plus d’un citoyen sur deux, il en va tout autrement de la perception des citoyens concernant la séparation de la Belgique.

En 2018, les citoyens sont très clairs quant à leur positionnement si un référendum était tenu sur la séparation de la Belgique. Comme en 2013, à la quasi-unanimité, 92% des citoyens voteraient contre la séparation de la Belgique que le scénario soit réaliste ou pas.

Source : IWEPS – En 2018, ce sont plus de 1300 citoyens qui ont été interrogés, en face à face, par des enquêteurs professionnels qui sont formés par l’IWEPS. 

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.