FR | NL | LU
Peoplesphere

Caterpillar: la reconversion commence dès aujourd’hui avec la validation des compétences des travailleurs.

Confrontés à la rapidité de l’évolution technologique, les travailleurs confrontés à un licenciement doivent parfois faire face à la nécessité de reprendre une formation et/ou de valider les compétences qu’ils ont pu acquérir sur le terrain sans forcément disposer d’un diplôme adhoc. Les travailleurs de Caterpillar vont se trouver face à cette dure réalité. Ils vont bénéficier dans ce processus du soutien du Consortium de validation des compétences dès ce mois d’avril 2017.

Anticipativement aux licenciements prévus fin avril, le Consortium de validation des compétences, réunissant sur le territoire wallon l’Enseignement de Promotion Sociale, le Forem, et l’IFAPME, annonce que les travailleurs de Caterpillar vont pouvoir faire reconnaître officiellement leurs compétences professionnelles. « En effet, bon nombre de travailleurs ont acquis des compétences sur leur lieu de travail par leur pratique professionnelle au fil des années mais ne possèdent pas nécessairement de diplôme ou certificat pour les valoriser sur le marché de l’emploi ou pour reprendre une formation. »

Dès ce 18 avril sur le site de Caterpillar, des épreuves de validation de compétences vont être organisées à la demande des organisations syndicales, sensibilisées par la coordination syndicale des cellules de reconversion, et de la direction locale. Les formateurs de chez Caterpillar ont activement collaboré à la préparation de ces épreuves. Un ou plusieurs titres de compétences seront délivrés aux travailleurs ayant réussi.

2 premiers Titres de compétence pourront être obtenus:
– Conducteur de chariots élévateurs frontaux– certification sectorielle
– Tuteur en entreprise (parrain, formateur, coach)

L’originalité de la mesure est que Caterpillar a accepté de mettre à disposition ses locaux et machines pour permettre la validation des compétences du plus grand nombre de ses travailleurs. L’entreprise finance également les Centres de validation des compétences agréés (de l’Enseignement de promotion sociale, du Forem et de l’IFAPME) qui peuvent ainsi se charger de la mise en place des épreuves avec le personnel adéquat. Plus de 300 travailleurs se sont à ce jour déjà montrés intéressés.

Par ailleurs, d’autres compétences seront également validées, dès mai 2017, dans les Centres de validation, cette fois, dans le cadre de la Cellule de Reconversion Caterpillar :
– Tôlier industriel (chaudronnier) ;
– Mécanicien automaticien ;
– Opérateur de production sur ligne industrielle (assembleur, opérateur de traitement thermique, opérateur sur machines-outils) ;
– Peintre industriel ;
– Technicien en système d’usinage ;
– Mécanicien en entretien industriel.

« Le Centre de compétence Technocampus (Gosselies) et le Centre de compétence Forem Pigment (Strépy-Bracquegnies), notamment, seront impliqués dans les épreuves de validation des compétences pour ces derniers métiers. Les opérateurs bruxellois du Consortium de validation des compétences (Bruxelles Formation et SFPME) ont également proposé leurs services si un renfort était nécessaire pour cette opération d’envergure jamais réalisée. »

Pour la Ministre de l’Enseignement de Promotion sociale, Isabelle Simonis : « L’Enseignement de promotion sociale démontre une nouvelle fois sa capacité de répondre rapidement aux défis sociétaux. Outre la possibilité de valider les compétences des travailleurs et travailleuses de Caterpillar, l’Enseignement de promotion sociale peut, en bonne articulation avec ses partenaires, proposer des parcours de reprise d’études donnant accès à des diplômes de niveau secondaire ou supérieur dans de multiples domaines et, particulièrement ceux en pénurie. »

La Ministre wallonne de l’Emploi et de la Formation, Eliane Tillieux « soutient à 100% ce dispositif qui permettra aux travailleurs et travailleuses de Caterpillar et de ses sous-traitants de mieux visibiliser leurs compétences professionnelles sur le marché de l’emploi grâce à un titre officiel bénéficiant d’une véritable notoriété auprès des entreprises. Au-delà du cas Caterpillar, l’objectif général de la validation des compétences est de rendre possible un parcours de formation ultérieur et d’autres ouvertures en terme d’exercice professionnel. En effet, bon nombre de travailleurs acquièrent des compétences en dehors des parcours classiques de l’enseignement. L’objectif est qu’ils puissent valoriser celles-ci mais également obtenir une certification officielle, valorisable sur le marché du travail, grâce à des dispositifs tels que la validation des compétences. »

« Depuis le lancement du dispositif en 2003, plus de 25.000 Titres ont été délivrés dans 48 métiers, via 49 Centres de validation des compétences, à Bruxelles et en Wallonie. Enfin, plus de 60% des personnes ayant décroché un Titre étaient des chercheurs d’emploi dont la qualification n’avait pas été officiellement reconnue. »

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.