FR | NL | LU
Peoplesphere

La confiance des investisseurs envers les compétences des dirigeants et managers est faible: leurs capacités à anticiper l’avenir et à motiver sont mises en doute.

Les investisseurs estiment que les dirigeants actuels ne sont pas suffisamment prêts à relever les défis de demain. Plus de deux tiers (67 %) des investisseurs dans le monde estiment que les dirigeants d’entreprise actuels n’ont pas le bon profil pour permettre au monde des affaires de relever les défis de demain. Seule une faible proportion de dirigeants (15 %) possèderait selon eux les compétences et les caractéristiques requises.

La grande majorité des investisseurs (78 %) est d’avis que le CEO est un facteur essentiel dans la décision d’investir ou non dans une entreprise. Les investisseurs reconnaissent la nécessité pour les dirigeants d’être bien armés pour l’avenir. Deux tiers d’entre eux disent qu’ils accordent plus d’importance à la vision et à la stratégie futures des dirigeants d’entreprise qu’aux résultats qu’ils ont obtenus dans le passé.

Les profils de dirigeants examinés par Korn Ferry révèlent qu’en moyenne, seuls 15 % des leaders des sociétés cotées en bourse dans le monde possèdent les compétences et les caractéristiques nécessaires pour piloter leurs entreprises dans les changements rapides liés à la technologie, la mondialisation, la démographie et la durabilité. La majorité des dirigeants s’avèrent incapables d’anticiper, de motiver les gens de manière efficace et de construire des partenariats avec des parties externes. Ce sont précisément ces compétences qui sont nécessaires pour assurer la continuité des organisations.

« Le fait que les investisseurs soient si nombreux à remettre en cause le leadership devrait interpeller les entreprises », estime Olivier Courtois, Directeur de Korn Ferry Advisory pour la Belgique et le Luxembourg. « Au cours des dernières décennies, les dirigeants sont toujours partis du principe que le contrôle et la cohérence représentaient les principes de base du leadership dans le monde des affaires. Mais dans le monde d’aujourd’hui, ces principes ne sont plus suffisants », dit-il.

On attend des dirigeants qu’ils soient en mesure de transformer continuellement les entreprises dont ils ont la charge. Pour Korn Ferry, le leadership du futur découlera des exigences liées à la flexibilité, l’agilité, les modes travail et la digitalisation. «Les organisations devraient revoir le fonctionnement de leurs programmes de leadership. Le talent devrait être identifié à un stade plus précoce, et ce à tous les niveaux de l’organisation. Les programmes de développement du leadership doivent se focaliser sur les traits du leader et non plus sur les compétences comme c’est encore trop souvent le cas», dit Olivier Courtois.

Source: enquête internationale menée par le cabinet de conseil Korn Ferry, sur base d’entretiens avec 795 investisseurs et de l’analyse de 150.000 profils de dirigeants.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.