FR | NL | LU
Peoplesphere

La fin du défi de l’équilibre entre sphères privée et professionnelle en 2018?

Exercice rituel de prédictions à l’entame d’une nouvelle année : « En 2018, nous allons assister à une augmentation des organisations du travail innovantes, à l’externalisation à des robots et à des entretiens de feed-forward. Nous allons enfin devoir admettre que l’équilibre travail-vie privée est dépassé. » Attentia prédit neuf tendances pour 2018.

1. Fin de l’équilibre travail-vie privée – Ceux qui s’efforcent d’atteindre l’équilibre travail-vie privée souffrent plus vite d’un burn-out. En effet, ce concept est dépassé : non seulement vous êtes confronté à des éléments relatifs au travail durant vos loisirs, mais votre vie privée empiète sur votre activité professionnelle. Assurément, qui ne regarde pas en vitesse les informations ou le groupe Whatsapp de l’école des enfants pendant la pause repas ? En 2018, l’accent est mis davantage sur l’intégration du travail et de la vie personnelle. Les entreprises le comprendront et investiront en conséquence.

2. Vers une organisation du travail innovante – L’interdépendance des équipes et des départements ne cesse de croître à cause de la division des rôles, des responsabilités et du contenu du travail à tous les niveaux. Les organisations du travail innovantes recherchent l’équilibre entre la gestion et l’autogestion, ce qui contribue au Bien-être et à l’investissement des collaborateurs.

3. Externalisation à des robots – Dans les domaines du RH et du Bien-être, les entreprises se chargent manuellement de nombreux processus fonctionnels internes (calcul des droits aux vacances, demandes de congés éducation, etc.). En 2018, les organisations vont plus sous-traiter leurs tâches et processus précités aux partenaires RH et Bien-être.Ceux-ci ont les moyens, l’envergure et les capacités d’automatiser et de robotiser ces processus.

4. Rapprochement des RH et Bien-être – Les RH et le Bien-être, deux univers très éloignés l’un de l’autre dans le passé, se rapprochent. Les aspects psychosociaux, jadis considérés comme accessoires au travail, prennent toujours plus d’importance. Les entreprises s’en occupent de plus en plus et y investissent, notamment par les analyses de risques et l’aide sur le terrain. De surcroît, des organisations prévoient même un soutien psychologique 24/24 et 7/7, par l’intermédiaire des services EAP (Employee Assistance Programs). Chez Attentia, nous saluons ce rapprochement des RH et du Bien-être.

5. Mesurer, c’est savoir ! – De plus en plus souvent, les organisations fournissent à leurs collaborateurs des outils tels que les consultations et mesures leur permettant d’augmenter leur autonomie et leur réelle participation à l’amélioration de leur propre santé (par exemple à l’aide de traqueurs d’activité). De la sorte, les travailleurs comprennent mieux l’évolution de leur santé, au lieu d’en être informés une fois par an. Par ailleurs, cette démarche accroît aussi leur responsabilisation en matière de santé physique et mentale.

6. Psychologie positive – Il y a cinq ou dix ans, l’évocation de la psychologie positive faisait monter de nombreuses organisations sur leurs ergots. Ils y voyaient une idée américaine qui ne convenait pas aux Belges réalistes. Ceux-ci préféraient une approche curative et des investissements dans les processus et l’efficience. Aussi bien la compétence et la satisfaction du personnel que les bénéfices élevés passent par une méthode renouvelée. En 2018, plus de la moitié des entreprises de notre pays se rendront compte de l’impossibilité d’un retour en arrière et de la nécessité de se concentrer sur le capital psychologique/mental des collaborateurs, en privilégiant un esprit ouvert, la positivité, l’autonomie et la résilience.

7. Une autre interprétation du leadership – Le nombre de burn-outs et celui des personnes qui ne se sentent pas appréciées au travail montrent clairement que nous avons besoin d’une nouvelle sorte de leadership. Inspirer les effectifs, les approcher correctement et leur offrir l’indépendance leur permet de maîtriser leur travail et les rend plus productifs. Les dirigeants le découvriront bien assez tôt. Cela signifie également que les experts ne doivent pas nécessairement commander. Les leaders se reconnaissent surtout à leur authenticité et à la création de circonstances favorables à l’automotivation des travailleurs.

8. Quand le feed-forward remplace le feed-back – Le personnel motivé progresse. Dès lors, pourquoi regarder en arrière une fois par an, si ce moment d’évaluation peut aussi servir à envisager l’avenir ? Examiner ensemble les objectifs des collaborateurs et quels moyens ils doivent mettre en œuvre à cet effet présente beaucoup plus d’intérêt. Il s’agit vraiment d’établir un lien entre le but de l’organisation et l’identité des effectifs.

9. Le numérique, plutôt une question de personnes que d’outils – De plus en plus d’organisations comprennent que l’ère numérique est plutôt une question de personnes que d’outils. Prenons la rémunération individuelle. Par exemple, certains travailleurs désirent une plus grosse voiture l’été. Ou bien, ils souhaitent consacrer leur salaire à des cours. Les entreprises qui rencontrent ces besoins à l’aide d’outils numériques placent leurs collaborateurs à la barre de leur propre carrière.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.