FR | NL | LU
Peoplesphere

Mobilité : les travailleurs ne sont définitivement pas prêts à renoncer à la voiture.

Et ce d’autant plus que le troisième baromètre mobilité publié par Acerta indique que le nombre d’employés bénéficiant d’une voiture de société à de nouveau augmenté de 10% en 2017! Et ce malgré le fait que la distance moyenne parcourue pour les déplacements quotidiens entre le domicile et le lieu de travail continue de diminuer. Entretemps, l’utilisation des vélos et ldes transports en commun est également en hausse. Comment expliquer ces évolutions parallèles et contradictoires?

À l’heure actuelle, 1 employé sur 5 en Belgique roule en voiture de société, ce qui représente une augmentation de près de 10 % par rapport à l’année précédente. Cependant, la proportion de travailleurs se rendant au travail en vélo est passée à 24,21 % et 13,8 % des travailleurs de notre pays ne jurent d’ailleurs que par le vélo. Les possibilités de combinaison, permettant tantôt d’utiliser le vélo puis à nouveau la voiture, tantôt d’associer vélo et transports en commun, ont également le vent en poupe. Toutefois, l’option par excellence reste la voiture : elle reste pour 66,54 % des travailleurs la seule et unique solution pour les déplacements domicile-lieu de travail. C’est ce qui ressort du troisième baromètre de mobilité du prestataire de services RH ACERTA.

– Le vélo a continué de gagner en popularité en 2017, avec 24,21 % de travailleurs cyclistes, soit une augmentation de 8,2 % en plus de celle de 13,1 % déjà constatée en 2016.
– Dans les solutions combinées de mobilité, le vélo joue là aussi un rôle important : la combinaison voiture-vélo reste la plus populaire avec 9,47 % d’utilisateurs.
– Pour 76,66 % des travailleurs, la voiture demeure notre vache sacrée que nous employons exclusivement (66,54 %) ou en combinaison avec d’autres moyens de transport (10,12 %). Les formules de mobilité plus durables continuent toutefois d’entamer sa popularité. Cette dernière a diminué de 0,5 % entre 2016 et 2017.
– 19,5 % des employés peuvent se rendre au travail dans leur voiture de société. Une nouvelle augmentation de +10,3 % par rapport à 2016.
– Les transports en commun affichent en 2017 une belle progression de +5,6 %, mais restent tout de même en marge avec 7,42 % d’utilisateurs réguliers.
– En 2017, la distance moyenne des déplacements domicile lieu de travail a augmenté de 2,5 % et est passée de 18,5 km à un petit peu moins de 19 km.

La voiture de société progresse encore, l’utilisation du vélo aussi ! 

En 2017, 19,5 % des employés roulaient avec une voiture de société. Une nouvelle augmentation de 10,3 % par rapport à 2016. Nous notons que l’augmentation du nombre de femmes possédant une voiture de société est trois fois plus élevée que chez les hommes ; elles ont d’ailleurs encore un retard conséquent à rattraper à cet égard pour arriver au même niveau.

24 % de travailleurs se rendent régulièrement au travail en 2 roues. La montée du vélo comme moyen de transport pour les déplacements domicile-lieu de travail commençait déjà en 2011. En 2017 aussi, cette tendance s’est confirmée : le nombre de travailleurs optant régulièrement pour le vélo a massivement augmenté, 8,2 % en plus par rapport à 2016. En 2017, 24,21 % des travailleurs ont utilisé le vélo de façon régulière comme moyen de transport. « Nos contacts quotidiens avec CEO et directeurs RH nous ont appris que les travailleurs demandent de plus en plus souvent à leur employeur de mettre des vélos de société à leur disposition, qu’ils soient électriques ou non. Les embouteillages toujours plus longs ont apparemment atteint un seuil critique. Grâce à un Benefit Motivation Plan permettant aux travailleurs de choisir d’attribuer une partie de leur salaire à p. ex. un vélo électrique, l’employeur peut répondre à cette demande sans augmenter ses frais salariaux. Le gouvernement soutient d’ailleurs activement ce plan en répondant à ces besoins grâce à une politique qui investit davantage dans des pistes (ou autoroutes) cyclables. »

Les transports en commun également en progression : + 5,6 % en 2017.

Alors que le baromètre de mobilité de 2016 se montrait encore très sévère à l’égard des transports en commun, en 2017, il laisse s’afficher un intérêt grandissant pour les trains, trams, bus et métros. En 2016, l’utilisation des transports en commun pour les déplacements domicile-lieu de travail avait diminué. Nous supposons que les attentats ayant eu lieu en 2016 ont encouragé certains à éviter les espaces publics et donc également les transports en commun. Cet effet négatif s’est à présent dissipé. Nous remarquons une augmentation de +5,6 % de l’utilisation des transports en commun. Cette nouvelle peut paraître positive, mais dans l’absolu, le taux d’utilisation des bus, trams, trains et métros stagne autour d’un modeste 7,42 %. Ce résultat comprend en outre tous les travailleurs combinant les transports en commun à une autre solution telle que la voiture ou le vélo. « La réalité est toutefois plus positive. Notre baromètre mesure les données des secteurs marchand et non-marchand, mais pas celles du secteur public alors que ce dernier représente la majorité des voyageurs en train et en bus. L’utilisation des transports en commun dépend également de (la qualité de) l’offre et cette dernière varie pas mal en fonction de la région. »

Les choix de mobilité rendent les employeurs plus attractifs.

Les employeurs qui investissent dans les besoins individuels des travailleurs font bonne impression sur le marché du travail. Offrir des solutions de mobilité est une façon de se distinguer. « SolutionS », au pluriel, car il n’existe pas une meilleure solution de mobilité. Tout dépend de la personne, du lieu et du moment. « L’employeur dispose ici d’un atout : il peut proposer différentes options tout en supportant des coûts budgétaires identiques. En outre, il ne doit pas à ces fins attendre la version finale du budget de mobilité. Les employeurs qui prouvent leur rôle de pionnier en investissant dans cette tendance en récolteront les fruits dans la guerre des talents. En outre, la mobilité en général, l’environnement et le bien-être de leurs travailleurs s’en porteront mieux. « 

Les Belges ne travaillent généralement pas très loin de leur domicile. En 2017, la distance moyenne entre le domicile et le lieu de travail se situait juste en dessous des 19 kilomètres.  Près de 68 % des travailleurs travaillent dans un rayon de 20 km. Traditionnellement, la distance parcourue par les travailleurs disposant d’une voiture de société est plus longue que la distance moyenne. C’était également le cas en 2017. Cependant, pour ces travailleurs, la distance parcourue avec la voiture de société a continué de diminuer pour atteindre son niveau le plus bas de ces 6 dernières années, à savoir 31,1 km.

Source : Acerta

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.