FR | NL | LU
Peoplesphere

La pénurie de profils d’ingénieurs se concentre sur le nord du pays.

La demande pour les profils STEM reste forte en Flandre principalement. Faut-il s’en inquiéter? Globalement, le nombre de candidats pour les emplois destinés aux profils scientifiques ne varie presque pas, tandis que le nombre d’offres d’emploi diminue. La Belgique souffre donc toujours d’une pénurie d’ingénieurs qui s’est clairement concentrée sur le nord du pays désormais.

La demande pour les profils STEM reste forte en Belgique, bien que le nombre d’offres d’emploi dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM) ait diminué de 18 % dans le pays. Moins d’offres d’emploi STEM ont été publiées ces deux dernières années qu’avant 2016, selon les données d’Indeed. En dépit de cette baisse, l’offre reste encore largement supérieure au nombre de candidats à ces postes. La tendance à la baisse des offres d’emploi a donc permis de réduire le décalage entre l’offre et la demande.

Des associations telles qu’Agoria encouragent l’insertion des cours STEM dès l’enseignement primaire. Il faut rendre l’éducation plus attrayante, améliorer le processus de choix d’études et de carrière, adapter l’offre de formation et encourager les secteurs, les entreprises et les institutions de connaissance. Cette évolution ne peut reposer sur les seuls pouvoirs publics. Les partenaires en matière d’éducation et de formation, les écoles, les enseignants, les partenaires sociaux sectoriels et les médias contribuent également à la réalisation de ces objectifs.

« Les développements technologiques changent radicalement la façon de travailler et de vivre. En raison de la numérisation croissante et de la reprise économique, de plus en plus d’organisations veulent du personnel techniquement formé », déclare Sander Poos, Managing Director Benelux d’Indeed. « La pénurie de travailleurs techniques qualifiés peut nuire à la productivité des entreprises et avoir un impact sur la croissance économique. Bien que l’écart de compétence en matière de STEM se rétrécisse, la demande des employeurs dépasse encore le nombre de candidats qualifiés. Cela signifie que les diplômés STEM sont dans une position de force et peuvent choisir parmi un large éventail de professions. »

Disparités régionales

En un an et demi, le nombre de postes STEM vacants sur le site d’Indeed en Belgique a diminué de 18 %. Au niveau régional, les différences sont frappantes pour les STEM. Par exemple, le centre de gravité des postes STEM disponibles en Belgique est la Flandre (31,8 %) et Bruxelles (30,2 %). 10,8 % des fonctions STEM disponibles sont proposées en Wallonie. Le principal intérêt (52,6 %) pour les emplois STEM provient de la Flandre, suivie de la Wallonie (25,7 %) et de Bruxelles (21,6 %).

« Plus on approfondit l’analyse et plus il y a à dire. Les choses deviennent vraiment intéressantes lorsqu’on compare le nombre de clics au nombre d’emplois disponibles, c’est-à-dire le rapport entre le nombre d’offres d’emploi et le nombre de candidats. » Un rapport supérieur à 1 est favorable aux candidats ; un rapport inférieur à 1 aux employeurs. « Et puis une région comme la Wallonie – avec relativement peu d’offres d’emploi – se révèle très intéressante pour les employeurs car le rapport y est de 0,4. »

Disparités nationales

Si nous regardons les pays voisins, nous constatons qu’il y a beaucoup plus d’emplois STEM aux Pays-Bas et en Allemagne. Les entreprises y cherchent activement des talents STEM, tandis que les entreprises belges sont à la traîne. Cependant, les compétences STEM sont très prisées, même en Belgique.

Source : Indeed

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.