FR | NL | LU
Peoplesphere

La satisfaction des travailleurs européens alimentée par la sécurité d’emploi en priorité.

La rétention des collaborateurs, un des challenges prioritaires pour les entreprises au cours des prochaines années ! Nous insistons régulièrement sur cette évolution et à cet égard, une enquête récente menée auprès de 5500 employés européens par le groupe SD Worx peut nous livrer quelques indications précieuses. En effet, cette étude diffusée ce mardi 1er août vise à mesurer la satisfaction, le sentiment de sécurité et la fidélité des travailleurs vis-à-vis de leurs employeurs.

Selon cette enquête qui a interrogé des employés en Allemagne, en Autriche, en Belgique, en France, au Grand-Duché de Luxembourg, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, la plupart des employés européens déclarent être satisfaits de leur travail. Il s’agit essentiellement du contenu de la fonction, du défi offert par le travail, de la responsabilité, de l’autonomie et de l’indépendance ainsi que de la variété du travail. SD Worx a également sondé la mesure dans laquelle le travail est considéré comme utile et si le travail correspond aux connaissances et aux compétences. À l’exception de l’Autriche (68,6 %), plus de 70 % des employés sont positifs à propos de leur travail, dans tous les pays. La Belgique et les Pays-Bas arrivent nettement en tête de ce classement, avec respectivement 86,4 % et 87,8 % d’employés satisfaits.

Les Belges champions de la sécurité d’emploi ?

Près de 85 % des Belges déclarent bénéficier de la sécurité d’emploi : ils croient à la continuité de l’entreprise et à leur propre fonction au sein de l’entreprise. À ce sujet, les Belges atteignent le score le plus élevé de tous les Européens interrogés. Les Pays-Bas suivent avec 81,9 % et le Luxembourg clôture le top trois avec 78,8 %. En Autriche, moins de six employés sur dix déclarent bénéficier de la sécurité d’emploi.

« L’optimisme de notre pays s’inscrit aujourd’hui dans la conjoncture économique forte. Apparemment, la majorité ne considère pas la numérisation / robotisation comme une menace pour son emploi. Pourtant, certains emplois disparaîtront incontestablement à court terme ou du moins, ils seront réalisés de façon tout à fait différente. Par ailleurs, il s’avère que la vague de numérisation créera également de nouveaux emplois. Pour les personnes flexibles ne misant pas sur d’autres aptitudes, ceci ne doit donc signifier aucune menace», nous confie Benoît van Grieken, managing consultant chez SD Worx.

Développement personnel à améliorer.

La vision des employés concernant les possibilités d’évolution chez leur employeur a été sondée, elle aussi. Dans ce cadre, les questions portaient notamment sur les formations internes ou externes, la possibilité de développer les talents, les possibilités d’évolution, le degré d’accompagnement dans le développement de carrière et les possibilités de promotion au sein de l’organisation. Dans la plupart des pays européens, les employés ne sont que moyennement satisfaits des possibilités d’évolution qu’ils reçoivent. À l’exception des Pays-Bas, où 72 % des travailleurs déclarent avoir suffisamment de possibilités d’évolution, et de l’Allemagne (61,1 %), dans les autres pays, moins de six employés sur dix estiment pouvoir évoluer suffisamment. En Belgique, on atteint même 58,7 %. Le pourcentage à ce sujet est le plus bas en France, où seulement la moitié des employés affirment recevoir des possibilités d’évolution.

« Le score belge est médiocre. Les organisations sont bel et bien convaincues qu’elles doivent entreprendre davantage d’actions en matière de politique de carrière, mais peu de changements sont intervenus au cours des cinq dernières années en matière de pratiques de carrière concrètes. La mobilité professionnelle est pourtant extrêmement importante dans le contexte actuel où le marché de l’emploi devient de plus en plus flexible et où nous évoluons d’un job pour la vie à une carrière pour la vie. »

Toujours aussi fidèles.

Aux Pays-Bas, 81,6 % des employés sont fidèles à leur employeur. En Belgique également, plus de trois employés sur quatre ont l’intention de rester à long terme, pour une durée indéterminée, dans l’organisation, même s’ils reçoivent une offre comparable de l’extérieur. Les employés autrichiens sont les moins fidèles à leur entreprise.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.