FR | NL | LU
Peoplesphere

Les services publics fédéraux confrontés à la pénurie de personnel spécialisé: 83% des fonctions ouvertes en 2018 s’adressent à des diplômés de l’enseignement supérieur et universitaire.

En 2018, les services publics fédéraux ont publié plus de 7.000 offres d’emploi via Selor, auxquelles plus de 90.000 candidats ont postulé. Le secteur public souhaite réfléchir avec le politique sur la manière d’adapter la règlementation afin de pouvoir répondre au mieux aux besoins des clients (les services publics), tout en assurant une transparence et équité dans les sélections.

En 2018, les services publics fédéraux avaient 7.249 offres d’emploi à pourvoir, soit une augmentation de 47 % par rapport à 2017. Ces offres ont attiré quelque 91.821 candidats, ce qui représente une augmentation de 6,6 % par rapport à 2017.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer que l’augmentation du nombre de candidats n’est pas proportionnelle à celle des offres d’emploi.

1. Spécialisation des offres d’emploi dans le secteur public

L’époque des grandes sélections généralistes est bel et bien révolue. La plupart des offres d’emploi concernaient des fonctions nécessitant un diplôme, des connaissances et/ou une expérience spécifique(s), en raison de la nature spécifique de la fonction.
En outre, en 2018, la majorité des sélections pour des emplois dans l’administration fédérale (soit 965 offres d’emploi) concernaient des offres d’emploi unique (ex. : 1 data analyste politique des PME, 1 expert contrôle du bâtiment, 1 développeur ETL, 1 médiateur social,… ).

2. Secteur public confronté à la guerre des talents

Nombre des offres d’emploi vacantes dans les services publics concernaient des profils considérés comme critiques pour l’ensemble du marché du travail belge (cf. l’analyse des fonctions critiques d’Actiris, la liste 2018 des métiers/fonctions critiques et en pénurie du Forem, ou encore la liste des fonctions critiques du VDAB). Ces offres attirent logiquement un nombre plus restreint de candidats. Ainsi, plusieurs services publics ont recherché des médecins, conseillers en prévention-médecins du travail, ou encore des profils spécialisés dans certains domaines de l’IT.

3. Offres d’emploi principalement destinées aux universitaires et bacheliers

En 2018, 83 % des offres d’emploi étaient destinées aux détenteurs de diplôme d’études supérieures (56 % universitaires, 27 % bacheliers), et concernaient donc une partie plus réduite du marché du travail belge.

Valorisation du talent externe : accès à certains emplois en fonction de l’expérience.
L’accès à l’emploi dans l’administration fédérale est fortement lié au niveau et/ou type de diplôme exigé pour la fonction. En 2018, pour pouvoir faire face à la guerre des talents, Selor a demandé 27 dérogations au ministre de la Fonction publique afin de pouvoir ouvrir certains emplois à des candidats ayant l’expérience nécessaire sans avoir le (niveau de) diplôme exigé. Ceci a représenté une augmentation de 42% par rapport à 2017. De cette manière, il a été possible d’offrir davantage d’opportunités d’emploi aux candidats.

Valorisation du talent interne : une augmentation de plus de 300 % des offres temporaires. L’administration fédérale veut valoriser le talent interne. En 2018, le nombre de promotions spécifiques a augmenté, passant de 675 à 2.242 offres d’accession, permettant ainsi à de nombreux fonctionnaires de valoriser leurs compétences et expertise au sein de leur organisation.
De plus, les offres de missions temporaires ont fortement augmenté. Ainsi, pas moins de 223 offres d’emploi (contre 70 en 2017) ont été publiées dans le cadre du programme Talent Exchange. Ce système permet aux collaborateurs du secteur public belge (fédéral, régional, communautaire, …) de réaliser des missions temporaires au sein d’autres organisations membres du réseau pendant une période de 6 à 12 mois. Une manière pour les fonctionnaires d’acquérir de nouvelles compétences et de partager leurs connaissances, tout en mettant leurs talents au profit d’autres organisations publiques.

Autres données marquantes pour 2018

  • 82.867 : nombre de candidats évalués par Selor en 2018, pour des sélections de recrutement, de promotion ou des tests linguistiques
  • 2.859 : nombre de candidats détenteurs d’un master au poste d’analyste relations internationales au SPF Affaires étrangères (respectivement 1.590 candidats francophones et 1.269 candidats néerlandophones)
  • 51 : durée moyenne (en jours) d’une sélection pour un candidat
  • 1156 sélections clôturées, qui ont concerné 5382 offres d’emploi.

Sandra Schillemans, directeur général a.i. DG Recrutement et Développement du SPF Stratégie et Appui, commente ces quelques données en ces termes: « Afin de relever efficacement les nombreux défis du marché du travail et de répondre aux demandes des clients, nous allons prendre plusieurs mesures : lLa méthodologie et le modèle de screening à suivre seront davantage adaptés en fonction du profil à recruter. De cette façon, le nombre d’étapes de sélection sera réduit pour les fonctions critiques et les postes difficiles à pourvoir (et pour lesquels seul un nombre limité de candidats postule). Cela permet d’éviter la perte de candidats au cours du processus de sélection et favorise un processus de sélection court. En même temps, la qualité de la sélection est maintenue dans la mesure où les mêmes compétences sont évaluées.
Par ailleurs, nous cherchons des possibilités d’augmenter la capacité des salles, afin que davantage de candidats puissent être reçus pour passer des tests informatisés. A cet effet, le SPF Finances met à disposition une salle qui sera entièrement équipée d’équipements de test. Enfin, les processus de certification, que les clients peuvent suivre pour traiter des sélections de manière autonome, ont été simplifiés et leur capacité a été augmentée. Cela signifie qu’environ 100 participants peuvent suivre ces trajets de certification chaque année. »

Source : SPF Stratégie & Appui

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.