FR | NL | LU
Peoplesphere

Résultats pour le tag: ‘securex’

Un marché du travail paralysé: les travailleurs belges conservent une certaine aversion vis-à-vis du changement d’emploi.

Le baromètre annuel sur la rotation du personnel de Securex confirme la tendance des années précédentes : en dépit du nombre record d’emplois vacants, la rotation totale du personnel reste stable autour des 10 % en Belgique, ce qui implique donc que moins de 1 travailleur belge sur 10 dans le secteur privé a changé d’emploi. En 2018, un peu plus de 1 travailleur sur 20 a changé d’emploi de sa propre initiative. Dans 1 cas sur 25, c’est l’employeur qui a pris l’initiative de rompre le contrat avec le travailleur. Lire plus

Absentéisme: pour quelles raisons les travailleurs renoncent-ils à venir au boulot sans être malades?

Un travailleur sur 8 en Belgique s’est déjà porté malade pour une raison autre que sa santé. 12 % des travailleurs se sont déjà portés ‘malades’ pour d’autres raisons que leur santé, dont 8 % à une seule reprise et 4 % même à plusieurs reprises. Un membre de la famille malade, le besoin de récupération et la combinaison travail-vie privée sont les principales raisons invoquées par les travailleurs pour ces déclarations de maladie. Lire plus

Comportements abusifs au travail: un nombre de victimes en forte croissance et pourtant, peu de plaintes officielles.

Les travailleurs belges ont de plus en plus le sentiment d’être victime de comportement abusif au travail: 1 travailleur sur 3 se déclare victime de ce type de situation. Que l’on parle de harcèlement moral, de harcèlement sexuel, d’agressions ou de discrimination. Ces types de comportements abusifs ont considérablement augmenté en un an, +28% pour le harcèlement sexuel, +14% pour le harcèlement moral et +13% concernant les agressions. Le mouvement #MeToo a pu influencer la perception des comportements déplacés et donc les résultats. Il se pourrait aussi que nous soyons face à une ‘bombe à retardement’, qui explosera lorsque le seuil de tolérance de nos collaborateurs sera dépassé. Lire plus

Le climat général de défiance semble s’installer dans nos entreprises: 35% des salariés mettent en doute les capacités de leurs leaders.

Une étude réalisée par Securex montre que plus d’un salarié belge sur trois (35 %) pense que son manager n’est pas un bon leader. Le manager, quant à lui, s’attribue un meilleur score. Seulement 13 % des managers estiment qu’ils ne sont pas de bons leaders et qu’ils n’ont donc pas les compétences suffisantes. Lire plus

Le groupe Securex recompose son comité de direction pour entamer l’année 2019.

Filip Baptist est le nouveau CEO du groupe Securex, et ce depuis le 18 décembre 2018. Fort de 25 années d’expérience au sein de Securex, dont 20 ans au comité de direction, Filip Baptist continuera à investir dans l’amélioration permanente de la satisfaction client. Il succède à Stephan Londoz, qui a été à la tête du groupe Securex ces 4 dernières années. Lire plus

Surconsommation d’alcool: une relation inquiétante avec le niveau de stress des travailleurs.

Un travailleur sur quatre consomme trop d’alcool. C’est ce qui ressort clairement d’une récente enquête réalisée par Securex. 22 % des travailleurs belges déclarent boire plus de 2 à 3 verres d’alcool par jour. En 2015, ce pourcentage n’était que de 14 %. Pas moins de 24 % boivent 10 verres ou plus par semaine et dépassent ainsi la nouvelle directive étayée scientifiquement du VAD, le Centre flamand d’expertise Alcool et autres drogues. Lire plus

Le bore-out rôde dans nos entreprises: 21% des travailleurs déclarent s’ennuyer parfois au travail.

Il arrive à 21 % des travailleurs belges de s’ennuyer au travail. Et un travailleur qui s’ennuie court un risque plus élevé d’être victime d’un bore-out ou syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui. Une étude de Securex montre que 5,6 % des travailleurs belges présentent ce risque accru, et que les grandes entreprises sont plus sensibles à ce phénomène. Lire plus

Privilégiez vos talents et la mobilité internes! Le coût des recrutements ratés est énorme.

35.000 euro : voici le coût minimum que représente le mauvais recrutement externe d’un employé. Securex a calculé le coût que représente un mauvais recrutement externe après 2 ans de service. Pour les employés, cela revient à 35.250 euros par personne. La facture est encore plus salée pour un cadre (51.850 euros) ou un membre de la direction (151.700 euros). Message sous-jacent: veillez à mieux utiliser les talents déjà disponibles au sein de nos organisations. Lire plus

Absentéisme, un phénomène en aggravation. 4 malades sur 10 sont éloignés du travail pendant plus d’un an.

L’absentéisme continue d’augmenter en 2018, avec à nouveau, comme prévu, une forte augmentation des absents de longue durée. Dans le secteur privé, 41 % sont malades pendant plus d’un an. Cette augmentation s’observe tant chez les travailleurs âgés que chez les jeunes. Le vieillissement des travailleurs n’explique donc pas tout.  Lire plus

5 semaines de vacances au minimum pour éviter l’épuisement et le rejet de son employeur.

84 % des employés veulent plus de 5 semaines de vacances! Selon une étude de Securex les Belges prennent principalement des vacances pour se détendre et près de la moitié des employés y parviennent vraiment en prenant 2 semaines consécutives ou plus. De plus, le nombre de jours de vacances qu’une personne veut prendre semble être un bon indicateur de son niveau de stress. Lire plus

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.