FR | NL | LU
Peoplesphere

Trois ‘désaccords’ majeurs pour préparer une rentrée sociale qui sera bel et bien pourrie.

Retour détaillé sur l’accord d’été du gouvernement fédéral? Pas vraiment… Avant de partir pour des vacances méritées sans l’ombre d’un doute, l’exécutif a semé les graines d’un profond ‘désaccord’ social. A l’analyse, constatons que le projet déposé sur la table par nos ministres dans le cadre de leur exercice d’ajustement budgétaire s’attaque entre autres, et de manière très ‘frontale’ à trois catégories de travailleurs qui ne resteront pas sans réaction.

Nous passons en revue pour vous les 3 principales mesures qui devraient susciter une révolte concrète dans le chef des partenaires sociaux.

Demandeurs d’emploi : la dégressivité accélérée des allocations de chômage.

Dans les 6 mois qui suivent un licenciement, les allocations seraient augmentées avant de baisser plus rapidement vers un montant forfaitaire dans les périodes suivantes.  La baisse sera plus lente pour ceux qui suivraient une formation vers un métier en pénurie. Le relèvement graduel de l’âge pour bénéficier d’un chômage avec complément d’entreprise (RCC, successeur des prépensions) a été confirmé: 59 ans en 2019 et 60 ans en 2020. Le gouvernement refuse de parler d’économies sur la sécurité sociale, mais évoque une réorientation des moyens pour stimuler plus efficacement la recherche d’un nouvel emploi. L’entrée en vigueur souhaitée est fixée à janvier 2019.

Seniors : la suppression des barèmes à l’ancienneté.

La FGTB a réagi sans nuance à cette mesure visant à lier le salaire à la performance plutôt qu’à l’ancienneté. Jean-François Tamellini déclare: « Là, on est en train de repousser les limites du cynisme à l’absolu. On n’est plus dans le cynisme, mais dans la crapulerie ! Parce que, je le répète, c’est une demande historique de la FEB et du Voka, de supprimer les barèmes à l’ancienneté. Quels sont les arguments ? Les travailleurs plus âgés, c’est vrai on ne les engage pas. Pourquoi ? Parce qu’ils sont trop chers. Et donc les employeurs disent, pour faciliter la mobilité, qu’est-ce que l’on va faire ? On va les payer moins. Comme ça quand ils seront licenciés, ils pourront trouver un boulot, puisqu’ils seront moins payés ».  Et d’annoncer une mobilisation générale à l’issue des assemblées prévues le 28 août à la FGTB et à la CSC.

Un tabou dans la fonction publique: la réforme du congé maladie.

Cette mesure suscite la grogne des syndicats et fonctionnaires eux-mêmes. Concrètement, les fonctionnaires ont actuellement droit à 21 jours de congé maladie par an. Des jours qu’ils peuvent reporter (et donc cumuler) d’année en année s’ils ne les utilisent pas.  La nouvelle réforme du congé maladie des fonctionnaires entend donc supprimer, non pas les 21 jours de congé maladie par an, mais la possibilité de les reporter et donc de les cumuler. Les jours non utilisés expireront automatiquement à la fin de l’année. Toutefois, les fonctionnaires qui ont aujourd’hui déjà cumulé des jours de congé maladie les garderont et pourront en bénéficier. Le gouvernement entend tirer 50 millions d’euros de cette mesure dans un premier temps.
Marc Saenen, secrétaire national de l’ACV (syndicat chrétien flamand) déclare dans De Morgen. « C’est une mesure antisociale, nous voulons garder le système actuel. Les fonctionnaires qui reportent et cumulent leurs jours de maladie pour finir leur carrière plus tôt n’est qu’un mythe. » Selon les chiffres récupérés par le Tijd, le nombre de fonctionnaires en « pension anticipée » pour cause de maladie se situe entre 3.700 et 3.900 par an sur les cinq dernières années. Les organisations ont déjà prévu une action contre la réforme des pensions le 2 octobre.

L’opposition parlementaire et les syndicats ont déploré amèrement un accord qui opère les corrections budgétaires aux dépens des plus faibles. L’inquiétude est certainement entretenue par le blocage manifeste du processus de concertation sociale. Au-delà, en ce qui concerne la vision sociale à long terme véhiculée par cet accord, nous pouvons redouter que les inégalités croissantes dans notre société ne soient amenées à se creuser davantage encore.

Sources : RTBF – VRT – L’Echo

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.